freins changement agile

Conduire le changement agile dans une entreprise B2B

La conduite du changement agile dans les organisations n’est pas seulement une question de méthodes ou de process à suivre. C’est avant tout centré l’accompagnement au changement dans une dimension humaine. Seulement 30% des transitions vers l’agilité réussissent et il existe autant de manière d’y parvenir que d’échouer.

La Transition agile

Ce qui est primordial à intégrer : un changement, quel qu’il soit, au sein d’un système humain doit être amené avec beaucoup de psychologie. La particularité de l’agilité réside dans le principe selon lequel rien n’est jamais terminé ; c’est ce qui détermine toute la complexité à faire accepter ce changement.

Nous vivons dans un environnement où, par définition, tout à un début et une fin. Or dans l’approche agile, on peut considérer qu’il y ait un début, mais de par les diverses itérations et besoins d’amélioration constants, il n’y a pas de fin à proprement parler. Cette absence de fin représente un véritable frein cognitif à la compréhension (et à l’acceptation) d’un passage en mode agile.

Il faut voir les freins à l’agilité comme une porte, soit on décide de la laisser fermée, donc de rester dans les pratiques actuelles, ou bien décider de l’ouvrir pour voir ce qu’il y a derrière. C’est en cela que les freins sont une véritable opportunité d’amélioration. Cependant, face à l’inconnu, il faut une bonne conduite du changement pour franchir cette porte…

L’accompagnement au changement

Pour mettre le maximum de chances de son côté, il est indispensable de sensibiliser. En initiant les personnes à l’agilité au travers de cas concrets, et en mettant en avant les avantages humains (et pas seulement financier), vos salariés pourront plus facilement se projeter sur l’organisation humaine. Pour rappeler des règles de systémique qui semblent évidentes, mais à ne pas négliger, cette future organisation doit être la leur, et pour qu’ils se l’approprient, il faut leur laisser la possibilité de réguler eux-mêmes leurs rôles au sein de l’organisation.

Au cours de cette sensibilisation, il faut également voir s’ils trouvent un ou des intérêts à passer en mode agile. Prendre en compte l’adhésion des salariés l’agilité est primordial. En fonction du contexte que donne la sensibilisation et de l’envie des salariés à accepter le changement vous pourrez adapter la transition agile et sa durée.

Si vous vous donnez les moyens pour mettre en place un réel accompagnement au changement, vous ferez face à moins de freins cognitifs de la part de vos équipes, et il vous sera plus évident de les lever correctement. Rappelez-vous que les freins sont nécessaires : ils sont la preuve que le changement est en cours, ils accréditent l’émergence de nouvelles pratiques en adéquation avec ce qu’est votre organisation.

print

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *