webmarketing btob btoc

Le webmarketing B2B et B2C deviennent de plus en plus proches

Avec l’ampleur que prend le digital, la frontière entre le webmarketing B2B et B2C va tendre à s’effacer de plus en plus, compte tenu que le digital est avant tout un support et non une fin. Même si le B2B conserve ses spécificités telles que la complexité du processus d’achat, la valeur ajoutée et la marge basée sur du relationnel, il faut se rappeler qu’un professionnel B2B n’est autre qu’un particulier une fois qu’il est dans sa sphère privée.

Des usages et des attentes similaires en B2B

Pas mal de courants comportementaux comme le BYOD (Bring Your Own Device) ou le télétravail ont poussés au décloisonnement du travail en entreprise. L’incidence de ces phénomènes est qu’un professionnel B2B souhaite aujourd’hui retrouver les mêmes usages dans son environnement de travail que dans son quotidien à titre personnel.

De plus en plus d’acheteurs en B2B empruntent un tunnel de conversion parallèle à celui du B2C en ayant par exemple comme réflexe de consulter les avis sur une gamme de produits et/ou de services avant d’en effectuer l’achat, se fier à la valeur ajoutée de la marque avant de commander, de comparer les prix et les délais de livraison lorsqu’il s’agit de produits identiques, etc…

Par conséquent, il est totalement envisageable d’avoir recours aux mêmes types de leviers en B2B comme en B2B, en toute proportion gardée bien évidement : page Facebook, chaîne Youtube, content marketing décalé, marketing viral, etc…

Une mesure indispensable des résultats

Aujourd’hui en B2B, il y a une obligation, non pas de résultat, mais de calcul du retour sur investissement de chaque euro dépensé. Internet a fait émerger cette pratique dans le sens où tout devient qualifiable et quantifiable via les indicateurs, appelés KPI’s. C’est pourquoi il faut qu’ils soient fixés dès le départ en qualité d’objectifs à tenir et à atteindre.

Ce suivi doit se faire de manière rigoureuse et régulière afin de comprendre la conversion de vos leads (taux d’ouverture, de clic, de transformation des e-mails, taux de conversion des visiteurs sur votre site internet, etc…). En somme, mettre en place un tunnel de conversion adapté à vos cibles, dispensant des contenus attendus et souhaités, et être en mesure de le réajuster en cas de besoin.

print

1 réponse
  1. Serge Rnort dit :

    D’après Loyalty Company, le marketing B2B et B2C répond aux mêmes problématiques avec des solutions différentes. Capitaliser sur de telles approches permet de s’ouvrir a la co-creation pour développer de nouvelles idées tout en engageant durablement l’ensemble des parties prenantes.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *